Daryl Duke

Daryl Duke est, au Canada, un cinéaste réputé et une personnalité de la radiodiffusion les plus en vue. Au cours de sa carrière, laquelle s’étend sur un demi-siècle, il a travaillé pour la radiodiffusion publique et privée.

En tant que cinéaste, il a produit et réalisé films primés, séries dramatiques pour la télévision et documentaires au Canada et aux États-Unis. Il a d’ailleurs travaillé pour les trois plus importants réseaux de télévision américains, sans oublier les principaux studios de Hollywood. Sa mini-série de dix heures, “Les oiseaux se cachent pour mourir”, s’est d’ailleurs classée parmi les dramatiques télévisées les plus regardées aux États-Unis, série qui continue d’être vue dans le monde entier.

Né au Canada et diplômé de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), M. Duke a débuté sa carrière comme réalisateur de film, écrivain et directeur à l’Office National du Film du Canada. Il a produit les premières émissions télévisées pour la station de Vancouver du réseau anglais de Radio-Canada lors du début du réseau national public sur la côte ouest du Canada, en 1953. Plus tard, en tant que producteur et réalisateur pour la CBC à Toronto, M. Duke a oeuvré pour des émissions d’affaires publiques parmi les plus renommées, séries telles que “Close-Up”, “Quest” ainsi que “This Hour Has Seven Days”. Il a également contribué à des dramatiques telles que “Wojeck” et “Quentin Durgens, M.P.”

Même si sa carrière l’a souvent mené à l’étranger, M. Duke a toujours gardé un vif intérêt pour la radiodiffusion canadienne. Au milieu des années soixante-dix, il a fondé et était un des principaux actionnaires de CKVU-TV, station indépendante de télévision de Vancouver. Il a d’ailleurs siégé douze ans en tant que président et directeur général de CKVU.

Au cours des dernières années, M. Duke s’est fait remarquer en tant que critique en ce qui concerne les coupures budgétaires et les changements administratifs à Radio-Canada, éléments qui menacent le rôle de la radiodiffusion publique au Canada. M. Duke est convaincu que la CBC est devenue une télévision commerciale dont la programmation est issue principalement du Canada central. Il ne cache pas son opposition à la réduction de la programmation de la CBC dans les régions.

M. Duke est membre du conseil de direction de “BC Film”, agence qui finance les activités reliées au cinéma canadien sur la côte ouest du Canada. Il est également membre du comité de direction des “Friends of Canadian Broadcasting”.